Accident vasculaire cérébral (AVC)

« 15 millions de personnes souffrent d’un accident vasculaire cérébral chaque année »

Tableau clinique accident vasculaire cérébral

Un accident vasculaire cérébral est aussi appelé AVC, attaque cérébrale ou apoplexie. Selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 15 millions de personnes dans le monde souffrent d'un AVC chaque année. Le plus tôt un AVC est détecté et traité, meilleures sont les chances d'éviter les dommages à long terme.

C'est quoi une accident vasculaire cérébral ?

Un AVC est le résultat d'un trouble circulatoire soudain dans le cerveau. Le cerveau est sous-alimenté pendant plus de 24 heures ce qui peut entraîner la mort des cellules. Les zones affectées du cerveau ne peuvent plus remplir correctement leur fonction.

Il existe deux principaux types d’AVC :

AVC ischémique (type d'AVC le plus courant)

diminution du débit sanguin et donc sous-alimentation d'une zone

Infarctus hémorragique

hémorragie cérébrale aiguë qui entraîne une sous-alimentation des zones car le sang s'écoule dans les tissus environnants

Reconnaître un AVC avec le test FAST

Avec le test FAST (anglais : Face, Arms, Speech, Time), vous pouvez rapidement vérifier la soupçon d'AVC.

F (Face/visage) La personne peut-elle sourire sans qu’un coté du visage ne se déforme ?
A (Arms/bras) La personne peut-elle tendre les deux bras vers l'avant et tourner les paumes vers le haut ?
S (Speech/langage) La personne peut-elle répéter une phrase simple ?
T (Time/temps) Lorsque tous les symptômes apparaissent, ne perdez pas de temps. Appelez une ambulance !

Conséquences d'un AVC

Selon la zone du cerveau touchée, diverses déficiences peuvent se manifester. Certains d'entre eux sont permanents. Cela inclut :

  • difficultés à parler ;
  • troubles visuels ;
  • limitations de la motricité ;
  • paralysies des bras et/ou des jambes ;
  • difficultés à marcher.

Qu’est-ce qu’un AIT ?

L’AIT (accident ischémique transitoire) est un mini-AVC. Il s’agit également d’un trouble circulatoire. Cependant, les symptômes disparaissent en 24 heures. L'AIT est un signe d'un AVC. Les causes et les symptômes sont les mêmes. Même si les symptômes disparaissent, il est urgent de consulter un médecin.

Pourquoi une orthèse aide-t-elle ?

Les AVC peuvent endommager les zones du cerveau qui sont responsables de la posture et des mouvements. Après un AVC, par exemple, les personnes atteintes ne peuvent plus se tenir debout et marcher comme avant. Ils développent une marche pathologique.

La marche pathologique modifiée a un effet sur l'ensemble du corps :

  • les muscles ne sont plus assez sollicités ;
  • des postures erronée surviennent ;
  • un mauvais équilibre se produit ;
  • des insécurités lors de la marche et de la station debout surviennent.

Les déficiences causées par un AVC peuvent être réduites ou éliminées à l'aide d'une orthèse. En combinaison avec la physiothérapie/ergothérapie, on peut obtenir une marche avec lequel on se sent en sécurité sur ses jambes. Plus de trébuchement ou, dans le pire des cas, de chute, donne sécurité et confiance en soi.

L'orthèse agit à différents niveaux :

  • activation des muscles ;
  • soulèvement du pied ;
  • stabilisation du pied et de la jambe.

Concept de traitement d’AVC

« Un concept d’appareillage orthétique des membres inférieurs après un accident vasculaire cérébral », en abrégé Guide d’AVC, contient divers appareillages orthétique proposés pour les différents types de marche après un AVC.

La base de la classification des types de marche est la N.A.P. Gait Classification®. Elle a été développée par des kinésithérapeutes et des spécialistes en technique orthopédique et médecine pour faciliter la communication interdisciplinaires et la décision du mode de prise en charge. Les recommandations concernant l'orthèse ainsi que le mode d’action et la différence par rapport aux appareillages précédentes sont décrites dans le guide.